THD

Tunisie: Le gouvernement donne le feu vert à l’importation des récepteurs TNT avec 0 taxesComme déjà annoncé, l’arrêt définitif de la Télévision Numérique Terrestre (TNT) a été retardé en Tunisie. Au lieu du 17 juin, ça sera plutôt vers le 17 septembre prochain qu’on basculera définitivement sur la TNT. La raison ? «On ne peut arrêter la télé sur l’analogique à la veille du Ramadan», a déclaré le ministre des TIC et de l’Economie numérique, Nooman Fehri, lors d’une conférence de presse organisée le 8 mai dernier à Tunis.

Or c’est bien connu que durant Ramadan qu’on consomme le plus la télé. Et c’est sur ce facteur que compte jouer le ministère ainsi que l’Office National de Télédiffusion (ONT) pour annoncer la fin de l’analogique terrestre. Une stratégie a été mise en place et qui consiste à arrêter la diffusion sur l’analogique terrestre pendant quelques jours sur la Wataneya 1 avec message annonçant la fin imminente de l’analogique. Après sa reprise de la diffusion, c’est la Wataneya 2 qui arrêtera à son tour son signal sur l’analogique pendant quelques jours avec le même message.

Entre temps et jusqu’au 17 septembre, l’ONT travaillera à faire porter la couverture de la TNT de 92% à 98% de la population. Du côté du gouvernement, c’est une course contre la montre qui a été déclenchée pour faire connaitre la TNT au grand public. Des spots publicitaires expliquant la différence entre le numérique et l’analogique ainsi que les moyens pour pouvoir capter la TNT sur son téléviseur, seront diffusés d’ici cette date butoir.

Tunisie: Le gouvernement donne le feu vert à l’importation des récepteurs TNT avec 0 taxes

Mais vu que la majorité des familles tunisiennes ne possèdent pas encore de téléviseur équipé d’un Tuner TNT (estimé à 80%), le gouvernement a décidé d’inciter les importateurs tunisiens à ramener les récepteurs (les set-top box) TNT sur le marché tunisien sans frais de douanes et sans aucune taxe. «Nous espérons ainsi que ces récepteurs soient vendues à des prix accessibles à partir de 50 dinars», a rajouté le ministre des TIC et de l’Economie numérique. Quant à la distribution de ces récepteurs dans les zones intérieures, le ministère s’appuiera sur le réseau et la logistique de la Poste tunisienne. 

Mais il reste un problème majeur : Le contenu. Certes, l’ONT est en train de diffuser sur la TNT toutes les chaines tunisiennes ayant obtenu la licence de la HAICA (et donc avec presque un bouquet de 12 chaines, le Tunisien a du contenu local riche qu’il peut regarder), mais en réel, la majorité écrasante de ces programmes sont repris du signal satellitaire.

Quand on a pratiquement 98% des ménages tunisiens qui sont équipés d’une parabole, quel intérêt auront-il alors de basculer sur la TNT, si on ne leur offre pas, au moins, une meilleure qualité d’image ? Car, et il faut bien se le dire, l’avantage de la TNT (si le signal est diffusé directement depuis l’ONT et non repris du satellite), c’est la qualité de l’image qui est bien meilleure que celle satellitaire. Il suffit de voir comparer les images de la Wataneya 1 et 2, Hannibal TV et Nessma pour voir la différence. Or les autres «petites» chaines n’ont pas les moyens pour avoir cette même qualité vu qu’ils devront dépenser plus pour passer via l’ONT jusqu’au satellite.

Il semblerait que des personnes ont proposé à ce que la Tunisie accorde une licence de diffusion sur la TNT à des programmes arabophones tels que BeIN Sport grâce à des fournisseurs de contenu tunisiens. Certes qu’une telle décision poussera les Tunisiens à adopter plus rapidement la TNT. Mais les chaines tunisiennes vont-elles accepter ? Déjà que ces chaines panarabes sont en train de leur piquer des parts de marché, ils vont aussi les concurrencer dans les recettes publicitaires. Chose que même la HAICA verra d’un très mauvais œil.

Welid Naffati

A lire également : 

La Tunisie retarde l’extinction des émetteurs de la télé analogique mais quel impact sur la 4G ?