THD

La Tunisie établira une liaison de 10 Gbs avec l’Algérie pour sécuriser son InternetEn marge de la visite du Président du gouvernement Habib Essid en Algérie, Nooman Fehri, ministre des TIC et de l’Economie numérique a conclu, ce lundi 26 octobre, avec son homologue algérienne Houda Imane Feraoun, ministre de la Poste et des TIC, un accord pour renforcer la capacité de la liaison qui relie la Tunisie à l’Algérie. Une liaison qui, rappelons-le, a été établie en 2013 suite à la visite d’une délégation officielle tunisienne en Algérie, dont Moez Chackchouk, ex PDG de l’ATI, en faisait partie (lire notre article).

Cette liaison de fibre optique entre Algérie Télécom et Tunisie Telecom est utilisée pour du peering (backup des DNS, etc.). Elle a actuellement une capacité de 255 Mb/s. En vertu de cet accord, la capacité va être ramenée à 10 Gbs dans les prochaines semaines, voire même plus. Dans tous les cas, cette capacité sera, rapidement revue à la hausse dès que le besoin se fera sentir. Cet accord a d'ailleurs pu se faire après que les deux ministres se sont entretenus avec les patrons respectifs des deux compagnies télécoms historiques des deux pays.

Ainsi, Algérie Telecom pourra s’en servir comme ligne de Backup en cas de problèmes majeures sur les connexions internationales (comme c’est le cas actuellement avec le Câble Sea-Me-We4). De plus, les internautes algériens pourront également exploiter cette liaison pour des services existants en Tunisie tel que le IXP, le caching Google (notamment le service Youtube) et les services de caching en général du leader mondial «Akamai» qui a installé ses serveurs dans les Data Center de l’ATI avant que Moez Chackchouk ne soit nommé à la tête de la poste tunisienne.

A gauche, Nooman Fehri, à droite, Houda Imane Feraoun

A gauche, Nooman Fehri, à droite, Houda Imane Feraoun

De son côté, la Tunisie pourra, grâce à cette liaison, avoir une issue de secours en cas de panne majeure sur ses liaisons internationales (SMW4, Hannibal, Keltra et Didon). Notons à cet effet, que notre grand voisin de l’Ouest a 2 liaisons sous-marines avec l’Europe : ORVAL (Algérie Telecom) et le SMW4. Deux autres câbles seront bientôt opérationnels en 2017 : ALPAL-2 (Telecom Italia Sparkle, Orange, Algérie Télécom et Téléfonica) et Med Cable Network (Orascom Telecom Holding). Tous ces liaisons sont géographiquement éparses à l’inverse de nos câbles, dont trois partent tous du même point qu’est Kelibia. Ce qui augmentent les risques d’isolement de la Tunisie en cas d’incident majeur sur cette zone.

Il est à rappeler que les Internautes Algériens souffrent depuis plusieurs jours d’un grand ralentissement de leur navigation Internet à cause d’une coupure du câble sous-marin SMW4,  pas loin des côtes de la ville de Annaba à l’Est du pays, causant une chute de 80% de la capacité Internet de tout le pays. Cette panne a également impacté de clients Internet 3G d’Orange Tunisie (lire notre article).

Welid Naffati

A lire également :

Première au Maghreb : La Tunisie et l’Algérie interconnectent leur réseaux Internet

Ces Tunisiens qui subventionnent la France grâce à leur connexion Internet

Tunisie : Possible ralentissement général sur les connexions Internet durant une semaine

Google installe des serveurs de caching en Tunisie


Inscrivez vous à notre newsletter pour recevoir toute la nouveauté.