THD

Tunisie : Les gamers, les youtoubers et la polémique des réseaux sociauxLa Tunisian Association of Gamers (TAG) a été soupçonnée de favoritisme, de mauvaise gestion et de malversation par un collectif de YouTubers tunisiens. C’était donc l’occasion pour en parler lors du dernier épisode du Talk Show TIC de THD, DigiClub où Amine Ghadhab, l’ex président de l’association, parle de la polémique et clarifie certains points sur la situation de la TAG et de l’e-sport en Tunisie en général.

«Nous n’avons jamais reçu de subventions du ministère des TIC, ni d’aucun autre ministère ou administration comme le prétendent certains Youtubers. On parle même de 300.000 dinars, et il n’en est rien», a affirmé Amine Ghadhab. 

Fondée en décembre 2012, l’association survit principalement grâce aux donations de ses membres et du sponsoring de certaines entreprises privées, a rajouté Ghadhab, avant de rétorquer : «Le sponsoring d’ailleurs est dans la grande majorité du temps en nature. C’est à dire des équipements, des locaux, des billets d’avion pour participer aux championnats, etc.».

Amine Ghadhab

Alors pourquoi la «International eSport Federation» a-t-elle interpelé la TAG suite aux publication des Youtubers tunisiens ?  «Ce sont des réclamations vidées de tout sens», a de suite répondu Amine Ghadhab. «La plupart de ceux qui l’ont lancé, l’ont fait sans s’informer, juste en suivant l’appel de ces Youtubers».

Or ces Youtubers ont rajouté une couche suite à un communiqué lancé par la TAG qui dénonce , justement, le langage utilisé dans certaines vidéos. Un langage jugé haineux et violent. La TAG a, de plus est, demandé à ces youtubers à ce qu’ils soient plus responsables et conscients que leurs followers sont des jeunes en moyenne âgés entre 12 et 14 ans. «Ce communiqué a été mal interprété et jugé impartial. Chose qui a provoqué toute cette polémique», a commenté l’ex président de la TAG.

L’affaire a même failli finir en justice. Mais suite aux différents de contact, la raison a fini par l’emporter et ces Youtubers ont fini par adresser des excuses publics. «Être Youtuber c’est dépendre des nombre de vue pour rentabiliser sa chaine youtube. Et il se trouve que pour s’y faire, c’est parfois la provocation et les clash qui rapportent cette audience», a fait remarquer a juste titre Amine Ghadhab. «Or il faut être conscient de son influence sur les plus jeunes. L’objectif primaire de la TAG est celui de promouvoir le eSport et ses valeurs. La dénonciation de la violence en ligne est parmi les valeurs que nous défendons».

L’affaire en justice a été suspendue, certes, mais cette polémique ouvre la réflexion sur les dangers que peut présenter l’inconscience en ligne et ce que cela peut provoquer, outre la propagation de la violence virtuelle.

Pour plus de détails, écoutez l’émission en entier sur ce lien.

Hazar Abidi


Inscrivez vous à notre newsletter pour recevoir toute la nouveauté.