THD

TDiscount.tn ou le challenge fou d’un entrepreneur pour casser Moncef Bey et le marché parallèle«Si j’ai fais ce projet, c’est prouver qu’on peut vendre au prix du marché parallèle, et notamment celui de Moncef Bey, tout en étant en règle avec le fisc, la douane et l’Etat». C’est avec ces paroles que nous a accueilli Karim Tajer, directeur du nouveau site de e-commerce TDiscount.tn, au siège de son entreprise à la zone industrielle de la Charguia 1.

TDiscount.tn, est un site que Karim Tajer a créé en novembre 2016. Il s’est fixé le paris fou de fournir des produits au prix de gros, carrément proches -si ce n’est pas équivalent- à ceux trouvés sur le marché parallèle à Tunis. «Mais il faut préciser je paye ma TVA et je déclare ma marchandise à la Douane», a-t-il commenté. Comment se fait-il alors qu’il a pu brader autant le prix ? «Pour la simple raison que j’ai pu démasquer la source de beaucoup de marchandises vendues en Tunisie, allant de l’électroménager à l’équipement de maison comme les portes d’intérieur», a-t-il répondu.

Après une longue carrière chez un grossiste dans le domaine informatique, Karim Tajer a longuement critiqué le silence complice du gouvernement sur le marché parallèle, notamment au Souk Moncef Bey, laissant les entreprises qui ont des charges financières supplémentaires, comme la TVA, l’IS ou encore les charges patronales, perdre au fil des années et faire faillite. 

«J’ai quitté mon boulot et j’ai voulu faire un voyage pour découvrir le monde. Et le monde pour moi, c’est la Chine», a-t-il commencé à expliquer la raison d’être de son projet. «Là bas, j’ai pu découvrir des milliers d’usines et commerçants qui fournissaient au monde entier leur produits, dans les différentes qualités possibles, et en marque blanche s’il vous plait ! J’étais surpris de trouver le même cartable que j’ai acheté à ma fille l’année dernière d’une boutique à la Soukra à presque 200 dinars. Même pas un mois d’utilisation, et le cartable s’est déchiré. Pourtant, son prix d’achat depuis la Chine est au 1/3 du prix affiché en boutique. Du coup j’ai décidé de produire le même cartable, avec qualité supérieur, orthopédique et vendue à presque la moitié prix par rapport à cette dite boutique à la Soukra. Elle est disponible sur tDiscount.tn et je peux vous dire que sur les 2000 unités que j’ai ramené de Chine, le 98% est déjà vendu».

En suivant l’itinéraire de plusieurs marchandises qui entrent en Tunisie, Karim Tajer s’est aperçu que beaucoup d’entre elles proviennent en fait de la Chine. Elles passent par des circuits en Europe et la Turquie avant leur arrivée en Tunisie pour des questions d’avantages sur les frais douaniers. Du coup, les marges touchés par chaque partie, surtout du côté des revendeurs tunisiens, font grimper rapidement le prix final. «C’est de là qu’en faisant les calculs, j’ai bien compris qu’il était tout à fait possible de court-circuiter les intermédiaires et ramener directement depuis la Chine, payer la Douane, sa TVA, tous ses engagements avec l’Etat se faire une marge pour gagner et ce, tout en restant largement en dessous des prix proposés par les concurrents pour presque afficher le même prix que le marché parallèle», a-t-il fait remarquer.

C’est ainsi que les portes d’intérieur en MDF (du bois avec 4 cms d'épaisseur, 2m20 par 90 cms) sont en vente chez www.tdiscount.tn à 389 DT TTC (accessoires compris) contre 700 ou 750 DT ailleurs. Quant aux habits de sport de marque comme Adidas, elles sont moins chères que celles en boutiques. Proviennent-ils aussi de la Chine ? «Non. Ils sont vraiment originaux et non des contre-façon. Donc ils proviennent d’un représentant officiel en Tunisie», nous a répondu Karim Tajer. Pourquoi y-a-t’il alors cette différence de prix ? «Car je suis sur Internet et je n’ai pas de boutique ou de stock. Le client passe commande le matin, l’après midi nous allons récupérer sa marchandise directement depuis le distributeur pour le renvoyer au client par colis postal. Du coup, on se permet de réduire encore nos marges». Pourtant les mêmes articles on peut les trouver ailleurs sur les sites tunisiens de e-commerce en beaucoup moins cher. «Mais proviennent-ils du marché légal ? C’est ça la question !», a-t-il de sitôt rétorqué. «Vous savez, beaucoup de sites de e-commerce tunisiens, et même quelques boutiques physiques, vendent des produits contrefaits ou sinon provenant du marché parallèle en attestant au client qu’ils sont originaux. Mais en cas de contrôle de la police ou de la Douane… bonne chance à eux !».

N’avez pas peur qu’on viennent vous faire un contrôle approfondi ? «Je n’ai rien à cacher et je n’ai même pas peur. J’ai tous mes justificatifs et j’attend avec impatience qu’on me fasse ce contrôle car je sais que je commence à gêner sérieusement beaucoup de concurrents». 

Et quid des produits technologiques ? Proviennent-ils de la Chine ? «Il n’y a plus de marge qu’on peut faire sur ce genre de produit en Tunisie. Mais j’ai quand même trouvé le moyen d’en ramener en beaucoup moins cher et depuis l’Europe ! Mon fournisseur est l’un des plus grands en France et à chaque fois qu’il fait une promotion, je ramène une bonne quantité qui arrive en Tunisie en quelques jours. Du coup chez tDiscount.tn, on reste à la page en termes de configuration tout en offrant un prix inférieur à la concurrence», a expliqué le directeur de cette jeune Startup.

D’ailleurs sa volonté à s’attaquer au marché parallèle lui ont donné une idée assez originale : «Je lance une initiative qui va plaire à tout jeune entrepreneur sérieux souhaitant s’installer dans le e-commerce. Je suis prêt à devenir son fournisseur avec des marges minimes voire même avec zéro marge pour qu’il puisse gagner rapidement tout en restant dans la légalité». 

Un appel qui va, sans doute, plaire à beaucoup de jeunes entrepreneurs, mais qui va certainement gêner le secteur parallèle et ceux qui continuent à s’enrichir sur le dos du pauvre citoyen.   

Welid Naffati

A lire également :

Tunisie : «Dois-je devenir un Trabelsi pour survivre après cette maudite révolution ?»


Inscrivez vous à notre newsletter pour recevoir toute la nouveauté.