THD

Après les TIC et Internet, le groupe 3S investit dans les énergies et les énergies renouvelablesD’une simple entreprise IT lancée en 1987, la société 3S devient aujourd’hui un groupe multipotent, touchant même à l’énergie. C’est la conclusion à laquelle on peut arriver en découvrant le programme de la première édition de la 3S Technology City qui se déroulera le 1 et le 2 février prochain au palais des congrès au centre ville de Tunis.

«On nous connait essentiellement pour le domaine IT comme intégrateur. En tant que société 3S, nous y avons fait nos preuves en devenant leader sur le marché business. Nous sommes également connus auprès du grand public grâce au fournisseur d’accès GlobalNet», nous a déclaré Amine Achour, Directeur Central de l’exploitation de GlobalNet. «Nous étions le premier fournisseur d’accès Internet à obtenir une licence d’activité dans ce domaine en 1997. Depuis, GlobalNet a une très bonne place auprès du marché résidentiel et est leader sur le marché Pro de l’Internet».

Et en termes d’innovation, 3S a travaillé humblement, pour ne pas dire discrètement, durant ces 5 dernières années pour que, justement, elle devienne un pool de plusieurs sociétés touchant à différentes activités. C’est ainsi que l’unité développement de logiciel au sein de 3S est sortie en une startup indépendante appelée Smart UP. Vu ses activités d’intégrateur de plusieurs technologies, 3S avait la tâche d’accompagner ses clients en formant et certifiant leurs ingénieurs à ces technologies. C’est delà que l’idée de faire sortir cette activité en une entreprise à part à pris forme en créant le centre de formation et certification Technical Training, et par la suite en renforçant cette activité par le rachat d’Advancia Training en 2016. Il est, non seulement exploité par le groupe 3S, mais également par d’autres grandes entreprises telles que les opérateurs et les banques. Bref, ce ne sont pas moins d’une 10aine d’activités qui sont sorties en spin off sous forme d’entreprises à part entières.  

«Mais avec les différentes révolutions technologiques que connait le monde, forcément que l’IT touche maintenant à d’autres secteurs comme les énergies, où la corrélation avec les télécoms et les TIC y est très forte», a fait remarquer Amine Achour. Et c’est justement ce volet qui sera mis en avant lors de l’évènement 3S Technology City.

«Saviez-vous que le groupe 3S possède la toute première usine de fabrication des LED en Afrique ? Elle commercialise des lampes LED appelées «Candy Led» de très bonnes qualité avec un prix beaucoup moins cher que ceux importés», s’est enorgueilli Ahmed Kammoun, directeur d’exploitation chez Africa Solar. Une autre entreprise nouvellement crée et faisant partie du groupe 3S.

Sa basant à Zaghouan et à peine a-t-elle commencé sa production, qu’elle a déjà vendu ses produits à quelques clients hors du groupe 3S. «Un hôtel dans une ville balnéaire a passé commande pour remplacer plus de 3 mille lampes avec la technologie LED de ‘Candy Led’. L’hôtel en question a fait une retour sur investissement en 2 mois seulement. Et la facture de l’électricité pour la partie éclairage a chuté de 88% en une année», a affirmé Ahmed Kammoun qui a tenu à préciser que les lampe LED consomment 4 fois moins qu’une lampe dite économique (lampe à néon) et 10 fois moins que les lampes dites classiques (lampe halogène).

Or ce sujet d’économie dans la consommation électronique, Ahmed Kammoun en connait tout un rayon vu qu’il a passé une bonne partie de sa carrière dans le business des panneaux photovoltaïques. C’est la raison pour laquelle il chapeaute Africa Solar, une entreprise crée en 2015 pour, justement, soutenir l’activité énergie du groupe 3S. Mais au fait, la technologie photovoltaïque n’est-elle pas couteuse par rapport au niveau de vie en Tunisie, surtout avec cette crise économique ? «Pas vraiment dans la mesure où le coût d’un panneau photovoltaïque a été divisé par 4 depuis 2011», nous-a-t-il répondu.

Africa Solar a été essentiellement créée pour répondre au besoin des entreprises et usines energivores en Tunisie. «Avec la mise à jour des lois, il est désormais possible qu’une usine, par exemple, puisse louer ou acheter un terrain au sud tunisien, où la luminosité est à son maximum tout au long de l’année. L'usine en question installe des panneaux photovoltaïques, les raccordent au réseau de transport de la STEG afin de consommer l’équivalent de ce que ce mini central électrique photvoltaique a pu créé et ce, sans avoir besoin de délocaliser son usine. C’est là la raison d’être de Africa Solar car ces usines peuvent nous mandater pour les accompagner à réduire leur facture d’électricité», a-t-il répondu.  

Mais quid du grand public, surtout que beaucoup de ménages se regroupent dans une même maison ou un même complexe familial ? «Africa Solar peut aussi répondre au besoin de ces personnes et nous les encourageons même à passer au photovoltaïque à condition d’avoir une consommation conséquente en électricité», a rétorqué Ahmed Kammoun. 

D’après ce jeune directeur, le barème appliqué par la STEG sur les paliers de consommation d’électricité est avantageuse pour les petites familles et ceux aux ressources limitées. Cependant, à partir d’un certain seuil, c’est à dire quand des appareils energivores sont installées comme les climatiseurs, la ou les machines à laver, les téléviseurs, etc, le photovoltaïque devient intéressant pour réduire considérablement la facture de la STEG. D'autant plus qu'il y a des subventions accordées par l’Etat sur les installations photovoltaïques grand public. La STEG offre, en effet, aux particuliers des crédits à bas intérêts pour financer l'achat et l'installation des plaques photovoltaiques

Justement, c’est à partir de combien qu’un Chef de famille devra songer à installer le photovoltaïque chez lui ? «Si un ménage -c’est à dire maison, apparemment, villa, etc.- paye 750 Dinars en facture d’électricité par an, le photovoltaïque sera alors la meilleure solution pour économiser sur l’électricité», a-t-il affirmé. 

D’après le directeur exécutif de Africa Solar, les frais d’installation de ces panneaux photovoltaïques sont rapidement remboursés vu qu’à la 5 ème année, ils sont complètement amortis. 

Africa Solar, ainsi que toutes les entreprises du groupe 3S seront présents à la 3S Technology City le 1er et 2 février prochains au palais des congrès de Tunis pour répondre aux questions des professionnels et même le grand public concernant les volets TIC et énergie.

Welid Naffati

A lire également :

Mongi Marzoug : L’IoT, les télécoms et les énergies sont complémentaires