THD

Pour les Internautes tunisiens, l’accès à Internet n’est pas une priorité Selon un sondage réalisé en ligne par l’initiative «The World We Want», l’accès à internet vient en huitième position sur l’échelle des priorités, des services à améliorer et objectifs à atteindre afin de se construire une Tunisie meilleure. Les 8494 participants ont placé l’éducation en haut du podium, suivi de l’emploi, la santé, la sûreté, le rendement du gouvernement, les vivres et la lutte contre la discrimination. 

Ce sondage en continue sur Internet depuis 2015 et dont la dernière mise à jour remonte à mars 2017, regroupe des participants des deux sexes, en majorité des hommes. La tranche d’âge sélectionnée est comprise entre 15 et 61 ans. La majorité des participants a par ailleurs un niveau scolaire supérieur. 

Avec 6369 voix, l’éducation vient en premier lieu sur ce classement. En d’autres termes, la priorité des priorités des Tunisiens est l’amélioration du système éducatif, actuellement à l’agonie. 

En second lieu vient la création d’emploi (5568 voix) ne laissant place à aucune surprise sachant que le pays a enregistré en 2016 une légère hausse du taux de chômage en dépit des promesses gouvernementales. En effet, de 15.2 % en 2015 le taux de chômage est monté à 15.6 % en 2016, selon le sondage national sur la population et l’emploi réalisé par l’INS sur un échantillon représentatif de 145.000 personnes. 

L’accès à des services de santé de meilleure qualité prend quant à lui la troisième position du classement, avec 4641 voix. 

La sûreté vient en quatrième position avec 4443 voix pour une meilleure protection contre la criminalité et la violence. 

En cinquième position c’est vers la politique que l’intérêt des Tunisiens se tourne. 3950 participants sur 8494 souhaitent voir en place un gouvernement honnête et réactif. 

Manger sain et pas trop cher vient en sixième position dans le classement des priorités des Tunisiens. Bien que dans un classement international établi en 2016 la Tunisie est listée parmi les pays où la vie est la moins chère au monde, la réalité est toute autre pour le citoyen, surtout de classe moyenne. Dans le contexte économique actuel, le coût de la vie est devenu l’une des problématiques majeures à laquelle le citoyen doit faire face. Notons dans ce même sens qu’en Tunisie, un ménage dépense 12.629 MD en nourriture (Sigma Conseil 2017). 

En septième position vient la lutte contre la discrimination. 2849 des participants au sondage aspirent à un quotidien rythmé par la liberté et moins de persécutions, quelle que soit leur nature. 

Ensuite, on retrouve l’accès à internet en huitième position avec 2704 voix. Une position nullement surprenante si l’on considère le nombre de personnes ayant accès à internet en Tunisie. Selon la Banque mondiale, le nombre de personnes connectées à internet s’élève à 46,16 %. 

Notons que ce sondage évoque également d’autres critères et services liés à l’amélioration de la qualité de vie en Tunisie. On en cite : l’accès à l’eau potable, l’égalité entre hommes et femmes, l’amélioration des transports publics ou encore le soutien aux personnes en situation de handicaps… 

Notons au final que ‘The World We Want’ est une initiative des Nations Unies lancée en 2000 dans l’objectif de soutenir les gouvernements dans la lutte contre la pauvreté à travers la mise en place d’actions concrètes basées sur une liste de priorités qui varient d’un pays à un autre et d’une population à une autre. 

Cette initiative qui tend à faire entendre la voix des plus faibles rassemble, à travers des sondages et des études réalisées auprès d’échantillons représentatifs des régions concernées, les opinions et les visions des gens, adultes, jeunes et moins jeunes dans les quatre coins du monde et sur des sujets divers et variés. Les résultats obtenus sont ensuite utilisés comme driver dans la planification de programmes de développement par les dirigeants mondiaux.  

Nadya Jennene