L'actuTHD

4G, disconnecting people ?

4G, disconnecting people ?

Plusieurs études appuyées par la Banque mondiale, affirment que pour chaque augmentation de 10% de la population connectée à l’Internet haut débit, le PIB national s’améliorera de 1%. La Tunisie tente, tant bien que mal, par le biais de son opérateur historique Tunisie Telecom, d’améliorer la connectivité dans plusieurs régions et ce, en encourageant le déploiement de l’ADSL et de la fibre optique (du moins jusqu’au répartiteur).

4G, disconnecting people ?Plusieurs études appuyées par la Banque mondiale, affirment que pour chaque augmentation de 10% de la population connectée à l’Internet haut débit, le PIB national s’améliorera de 1%. La Tunisie tente, tant bien que mal, par le biais de son opérateur historique Tunisie Telecom, d’améliorer la connectivité dans plusieurs régions et ce, en encourageant le déploiement de l’ADSL et de la fibre optique (du moins jusqu’au répartiteur).

Le gouvernement a carrément modifié le cahier des charges de construction des nouvelles habitations, notamment les immeubles, pour que les promoteurs intègrent la fibre optique dans leur plan de construction. Parallèlement, Tunisie Telecom est toujours en cours de déploiement de son réseau national de santé. C’est ce qu’a affirmé Rim Belhassine-Cherif, directeur exécutif développement produits et services chez Tunisie Telecom lors du Workshop sur l’IMT System qu’a organisé l’UIT en partenariat avec TT la semaine dernière à Gammarth. Ce projet évoqué par Mme Belhassine-Cherif vise à interconnecter les hôpitaux tunisiens à un réseau IPMPLS avec des solutions clés en main de sécurisation des accès ainsi que l’imagerie médicale. TT travaille également sur le déploiement du réseau intégré des administrations, une vraie dorsale pour la e-administration que l’Etat cherche depuis plusieurs années à lancer. 

Les solutions de Cloud Computing de TT ont été également évoquées lors des présentations des représentants de l’opérateur historique. Sans parler du plan de TT à déployer la LTE en phase de test durant 2014 sur quelques régions à forte densité démographique. Soit autant de projets ambitieux qui draineront une demande de connexion accrue que ce soit en bureaux, en maisons ou en mobilité. Et c’est là tout l’enjeu du développement futur des réseaux mobiles.

3G : Un problème qui ne dit pas son nom

Nizar Bouguila, directeur central technique chez Tunisie Telecom, l’a d’ailleurs mis en exergue lors de la première journée du Workshop. Une amélioration du débit génère systématiquement une consommation plus importante de la connexion avec lancement de nouveaux services numériques. Les exemples évoqués par M. Bouguila en la matière ont tendance à confirmer toutes les études faites jusque là. Si on veut un développement économique, il faut absolument améliorer le débit et la couverture Internet.

Rim Belhassine-Cherif, directeur exécutif développement produits et services chez Tunisie Telecom
Rim Belhassine-Cherif, directeur exécutif développement produits et services chez Tunisie Telecom

Mais il viendra un temps où la technologie mobile déployée actuellement, la 3G en l’occurrence, n’arrivera plus à soutenir toutes ces demandes de connexion et de bande passante. Car, contrairement au réseau fixe où chacun à sa propre ligne Internet qui lui est dédiée (ADSL, VDSL, LS, SDSL, Fibre optique, etc.), l’Internet mobile reste limité par la capacité de la borne émettrice. Plus on se connecte sur une antenne-relais, plus ses ressources seront partagées entre tous ceux qui sont dans son entourage. 

Libérer la télé analogique pour la 4G

Plusieurs opérateurs attendent avec impatience que l’Office National de Télédiffusion libère quelques fréquences utilisées pour la télévision analogique. La raison ? Ces fréquences basses peuvent être exploitées pour la 4G et ont une couverture assez étendue. Idéales, donc, pour les zones rurales ou les petites communes. 

Mais cet avantage devient vite un handicap dans les zones urbaines. Et pour cause : la capacité de transport des basses fréquences (en termes de nombre de connectés) est très limitée. Dans une zone dense comme Tunis, il faudrait multiplier par 10, voire même plus, le nombre des antennes-relais. La seule solution qui reste, est donc d’exploiter la haute fréquence dans les grandes villes tout en gardant le nombre actuel des Node B qu’on voit actuellement sur les toits des bâtiments.

Seulement voilà, la plus haute fréquence qu’utilisent actuellement les opérateurs tunisiens est la 2,1 Ghz. Pis : les porteuses sur cette fréquence ont été pratiquement toutes épuisées pour la 2G et la 3G. Dès le premier jour de ce Workshop, Tunisie Telecom a clairement manifesté son désir de voir libérer de nouvelles hautes fréquences : la 2,3 Ghz ou sinon la 3,6 Ghz. Or, nouvelles fréquences veut dire nouvelles porteuses et donc plus de capacité réseau pouvant véhiculer plus de débit.

Pas encore la 4G ? Pensez à la 4G Advanced

Mais chez TT on ne se leurre pas. Ces nouvelles capacités vont être vite consommées. C’est du moins ce qu’a assuré M. Bouguila dans sa présentation. Faut-il dans ce cas travailler dès maintenant sur le déploiement de la prochaine génération mobile, qu’est le LTE Advanced, avant même la 4G normale ? Or, un opérateur ne pourra jamais passer sa vie à basculer son réseau d’une génération à une autre sans que son investissement ne soit complètement amorti. Surtout que la 4G Advanced n’est pas encore mature.

Nizar Bouguila, Directeur central technique chez Tunisie Telecom
Nizar Bouguila, Directeur central technique chez Tunisie Telecom

La solution ? Basculer entre les différentes solutions de soutien au réseau mobile, comme les Femtocell ou le Wifi pour décongestionner le réseau. Mais d’autres challenges seront soulevés. Le projet des Hotspot Wifi publics de l’opérateur historique a été, en effet, mis en stand by depuis 2009. Même si les terminaux mobiles intègrant le Wifi sont de plus en plus accessibles. 

Compatible, ou pas compatible ?

Un autre problème majeur sera posé. Les constructeurs pourront-il créer des téléphones qui supportent un spectre large de fréquences (allant des basses fréquences jusqu’à 3,6 Ghz) ?

Pis : imaginons qu’on arrive à faire pression sur les équipementiers pour que leurs produits deviennent compatibles avec la 4G en Tunisie et avec les fréquences que fixera l’Etat tunisien. Imaginons aussi que ces produits affichent un prix adapté au pouvoir d’achat local. Aurions-nous, pour autant, la garantie que ces mêmes téléphones fonctionneront dans d’autres pays si le client part à l’étranger ?

Internet, ce moyen de communication qui deviendra un moyen d’isolement 

Pour faire court : si on cherche la pérennité du réseau mobile, les opérateurs, constructeurs de téléphones/tablettes et gouvernements doivent accorder leurs violons le plus tôt possible. Or, les discussions risquent de s’éterniser entre ceux qui, pour des raisons économiques, seront réfractaires à l’idée d’exploiter de nouvelles fréquences et ceux qui y voient une solution à long terme. Le remède dans l’immédiat que ce soit pour la 3G ou la 4G : varier les accès, notamment grâce aux hotspots Wifi publics.

Mais quid des personnes handicapées ? Si on parle de 3G et 4G, on parle, en effet, de Smartphones et tablettes pour lesquelles l’utilisation se base essentiellement sur le toucher. A ce rythme-là, les nouvelles technologies de communication vont-elles continuer à exclure les handicapés ? 

Et que dire des classes défavorisées, surtout si se connecter à Internet est en passe de devenir, en Tunisie, une condition sine qua non pour trouver un travail ? Avec la cherté des abonnements Internet et du matériel qui sert à s’y connecter (PC, clé 3G, Smartphone, etc.), ces dernières franges de la population seront-elles condamnées à s’isoler du reste du monde par manque de moyens ?

Welid Naffati

A lire également :

Tunisie : Ca sature (bientôt) en 3G, au secours la 4G ?

Tunisie : Chers opérateurs, ne soyez plus de simples tuyaux. Créez de la valeur ajoutée !

Tunisie : Les immeubles en construction seront désormais obligés d’installer la fibre optique

Facebook Comments

Plus Populaires

Tunisie Haut Debit, est un site spécialisé dans l'actualité TIC nationale depuis 2007. Thd.tn propose également des services gratuits tels que la mesure du débit et de la qualité de connexion, un comparatif des offres Internet et la mesure de la qualité du signal 2G/3G en Tunisie.

Tunisie Haut Debit
Directeur fondateur : Welid Naffati
Directrice de rédaction : Nadya Jennene
Responsable Production multimédia : Marwen Dhemaied

Newsletter

Copyright © 2017 THD - Tunisie Haut Debit. Themetf

To Top