En bref

Facebook accusé d’avoir autorisé des politiciens tunisiens à harceler leurs opposants

Le journal britannique The Guardian a publié lundi 12 avril 2021 une enquête accusant le réseau social Facebook d’avoir autorisé, en dépit des alertes, des dirigeants et politiciens de 25 pays à harceler leurs opposants.

En se basant sur des documents retraçant en détails le traitement de certaines alertes par Facebook, The Guardian assure que la plateforme de Mark Zuckerberg a réagi, dans l’immédiat, pour mettre un terme à certaines violations aux États-Unis mais a laissé faire dans d’autres pays dont la Tunisie.

Facebook est, en l’occurrence, accusé d’avoir ignoré les alertes sur des menaces, faux comptes ou pages qui déforment les discours politiques en Albanie, au Mexique, en Argentine, en Italie, aux Philippines, en Afghanistan, Corée du Sud, Bolivie, Équateur, Irak, Tunisie, Turquie, Taïwan, au Paraguay, à El Salvador, en Inde, République dominicaine, Indonésie, Ukraine, Pologne et Mongolie.

Il convient de rappeler qu’un scandale impliquant plusieurs politiciens tunisiens a éclaté l’année dernière remettant en cause les résultats de l’élection présidentielle qui a conduit Kaïs Saïed au palais de Carthage. Selon Digital Forensic Research Lab (DFRLab), une entreprise tunisienne du nom de UReputation a mené une campagne digitale sophistiquée impliquant plusieurs sites web et les plateformes des réseaux sociaux pour influencer l’élection présidentielle de 2019 en Tunisie.

NJ

Facebook Comments

Plus Populaires

Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem?

Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet.

Tunisie Haut Debit
Directeur fondateur : Welid Naffati
Directrice de rédaction : Nadya Jennene
Responsable Production multimédia : Marwen Dhemaied

To Top