L'actuTHD

La 5G en Afrique du Nord : une recette aux multiples ingrédients pour réussir le déploiement

La 5G a encore du chemin à faire en Afrique du Nord. Aucun des pays de la région ne dispose, jusqu’aujourd’hui, d’un réseau 5G commercial. Cela ne devrait, cependant, pas tarder. La Tunisie, l’Algérie, et autres pays de la région envisagent son lancement effectif à compter de 2023. Plusieurs ont, d’ailleurs, effectué les premiers tests pour un déploiement courant 2023.

Pour réussir le déploiement de cette technologie, les pays de l’Afrique du Nord devraient, encore travailler sur plusieurs aspects. Le rôle des gouvernements en place demeure, d’ailleurs, important. Citant l’exemple des pays du Golfe, Chris Meng – VP de Solutions Sales et Marketing de Huawei Northern Africa Carrier Network Business Department – a avancé, dans une interview accordée à THD.tn, que ces pays avaient placé la 5G en une position stratégique pour amorcer la digitalisation durant la prochaine décennie. « Pour ce faire, les gouvernements ont mis en place des politiques incitatives pertinentes pour stimuler le développement rapide de la 5G sur chaque marché. L’Arabie Saoudite a, à titre d’exemple, développé, sa Vision 2030 », a-t-il précisé.

Outre les politiques publiques, M. Meng est revenu sur les bandes de fréquences à utiliser pour le déploiement de la 5G. « L’ensemble du secteur a conclu que la bande médiane TDD (par exemple, bande C / 2,6 GHz / 2,3 GHz) est le spectre idéal pour le déploiement de la 5G sur la base de l’attribution d’une bande passante continue d’environ 80 à 100 MHz pour chaque MNO, en première phase. Certains pays ont, de leur côté, libéré la 700 MHz pour assurer une couverture 5G plus large », a-t-il ajouté avant de souligner que la tarification est, aussi, un aspect à prendre en considération.  « Un prix raisonnable du spectre 5G facilitera considérablement le développement de cette technologie. Les marchés pionniers de la 5G appliquent des prix largement inférieurs à ceux de la 4G. En Corée du Sud, par exemple, la tarification appliquée du spectre accordé à la 5G est inférieure de 58% à celui du spectre attribué à la 4G ». 

Interpellé sur l’importance de la bande 6 GHz pour le déploiement de la 5G, le représentant de Huawei en Afrique du Nord s’est référé aux prévisions de la GSMA pour expliquer l’intérêt que portent certains des acteurs du secteur des télécommunications à cette bande. « La GSMA estime que chaque marché aurait besoin d’un spectre moyen de 2 GHz en moyenne pour répondre à la croissance rapide du trafic de données entre 2025 et 2030. Étant donné que la 6 GHz est la seule bande médiane restante qui peut assurer un bon équilibre en termes de couverture et de capacité de bande passante, elle serait idéale pour répondre aux exigences futures d’échanges de quantités massives de données », a-t-il affirmé soulignant que la coopération entre organismes de normalisation en télécommunications, 3GPP, vient, d’ailleurs, de finaliser la standardisation de la 6 GHz pour la 5G.

« Je saisis cette occasion pour appeler les pays de la région Mena à évaluer soigneusement la stratégie de spectre à long terme dans une approche globale et équilibrée afin de maximiser l’apport socio-économique », a ajouté Chris Meng.

Interrogé sur le développement du Mobile Broadband (MBB) de façon générale dans la région Afrique du Nord et les éventuels défis que l’industrie des télécommunications devrait appréhender à ce niveau, M. Meng a estimé que le mobile était en train de prospérer rappelant que plusieurs régions évoluent rapidement vers l’ère de la 5G. « En dépit d’un lancement commercial, relativement tardif de la 4G en Afrique du Nord (2015,) en comparaison avec d’autres régions telles que l’Europe, le Moyen-Orient ou encore l’Asie-Pacifique, le développement du MBB s’est accéléré ces dernières années. Le trafic 4G a augmenté de plus de 50% en un an. Il y a, donc, un énorme potentiel à libérer dans la région, en attendant l’arrivée de la 5G », a-t-il fait savoir.

D’ici là, l’industrie devrait considérer trois aspects en particulier, selon M. Meng. « En premier, améliorer la couverture 4G en augmentant le taux de pénétration des réseaux 4G dans la région pour ainsi répondre aux besoins des utilisateurs mobiles en données, tout en accélérant l’adoption de la technologie VoLTE pour renforcer l’expérience utilisateur et garantir davantage de fluidité en termes de passage des technologies 2G/3G vers la 4G », a indiqué le responsable avant de poursuivre : « En Afrique du Nord, la 5G est sur le point d’arriver alors que la pénétration de la 4G est inférieure à 50%. Cette technologie continuera, toutefois, à servir le marché en tant que technologie principale pour apporter une croissance du trafic de cinq à dix fois plus au cours des trois prochaines années ».

L’amélioration de la capacité du Mobile Broadband et la 4G, notamment, passe, par ailleurs, par « la neutralité du spectre » et « l’accès à des appareils à prix abordable ». « Une offre abondante d’appareils d’entrée de gamme augmentera considérablement l’accès des familles à faible revenu dans les zones rurales à l’Internet mobile », a relevé M. Meng avant de conclure : « On s’attend à ce que le vrai tournant se produise après 2025, lorsque la 5G deviendra la technologie dominante dans la région. Elle apportera des services plus convaincants sur les marchés grand public et verticaux, tels que la XR, vidéo HD, le Metaverse et l’Internet des objets, par lesquels, le trafic de données eMBB sera largement multiplié par 30 à 50 d’ici 2030 ».

L’interview au complet est disponible sur SoundCloud et notre chaîne Youtube.

Nadya Jennene 

Facebook Comments

Plus Populaires

Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem?

Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet.

Tunisie Haut Debit
Directeur fondateur : Welid Naffati
Directrice de rédaction : Nadya Jennene
Responsable Production multimédia : Marwen Dhemaied

Copyright © 2017 THD - Tunisie Haut Debit. Themetf

To Top