L'actuTHD

Terrorisme sur Internet : Le ministère de l’Intérieur tente de ressusciter Ammar 404

Terrorisme sur Internet, ou comment le ministère de l’Intérieur tente de ressusciter Ammar 404

Lors de sa conférence de presse tenue le 17 juillet dernier à la Kasbah, le ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, a apporté des éclaircissements sur l’attaque terroriste perpétré contre les soldats tunisiens au Mont Chaanbi la veille, à quelques minutes avant la rupture du jeûne faisant 15 morts et plusieurs autres blessés.

Terrorisme sur Internet, ou comment le ministère de l’Intérieur tente de ressusciter Ammar 404Lors de sa conférence de presse tenue le 17 juillet dernier à la Kasbah, le ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, a apporté des éclaircissements sur l’attaque terroriste perpétré contre les soldats tunisiens au Mont Chaanbi la veille, à quelques minutes avant la rupture du jeûne faisant 15 morts et plusieurs autres blessés. 

Interpelé par l’une des journalistes sur le plan d’action du ministère pour combattre ces terroristes, Ben Jeddou a évoqué, entre autre, Internet. Selon ses dires, le Net se trouve encore en dehors du contrôle de l’Etat puisque les «terroristes peuvent communiquer entre eux, notamment via skype, ou via des pages (facebook, forums, NDLR) où on montre même comment fabriquer une bombe». Le ministre de l’intérieur n’a pas caché son exaspération de voir qu’un moyen de communication est ainsi offert aux terroristes sans que l’Etat puisse intervenir. «Nous travaillons actuellement à activer l’Agence Technique des Télécommunications (A2T, ndlr) pour traquer ces cellules qui visent à former et à recruter les jeunes via Internet et notamment skype. Cette agence aura également à sa charge de censurer et de contrôler cet espace cybernétique», a-t-il lancé durant son intervention. 

Voilà, donc, que la censure, le filtrage et autres méthodes de répressions sur le Web qui refont surface. Et voilà une Nième fois que le ministère de l’Intérieur presse le ministère des TIC, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique à répondre favorablement à sa requête (lire notre article). Chassez le naturel, il revient au galop.

Qu’on soit clair sur une chose. La lutte contre le terrorisme doit absolument passer par le Web. Le contrôle de l’espace cybernétique est une nécessite pour un pays et non une option pour sa sécurité. Mais dans la déclaration du ministre de l’Intérieur, beaucoup d’erreurs et de contre-vérités ont été lancées aux journalistes et au public.

L’A2T, en effet, est active et est bel est bien présente (lire notre article). Mais son existence se limite maintenant à une simple coquille vide. Le problème ? C’est la loi cybernétique (que nous allons publier sous peu sur nos colonnes). Cette loi, qui régira le travail de cette A2T pour la partie Internet, n’a même pas été débattue en Conseil des Ministres pour qu’elle soit déposée par la suite à l’Assemblée Nationale Constituante (ANC). Préparée par Mongi Marzoug, l’ex ministre des TIC, et envoyée à la Kasbah durant sa période de passation avec Tawfik Jelassi, actuel ministre des TIC, cette loi risque d’entrer en vigueur bien après les élections. C’est à dire en 2015. 

Ministre de l'Intérieur Lotfi Ben Jeddou

Ministre de l’Intérieur Lotfi Ben Jeddou

Puis : cette A2T n’aura pas la main sur le réseau pour fermer, censurer ou filtrer des sites/pages facebook. Elle coordonnera avec les opérateurs télécoms et les fournisseurs d’accès Internet pour traquer une IP ou fermer l’accès à une URL bien donnée sous demande du tribunal. La censure arbitraire ne peut, de ce fait, être appliquée comme à l’époque de Ben Ali. 

Mais est-il possible, malgré tout, et sous la pression de la cellule de crise formée par la présidence du gouvernement, le ministère de l’Intérieur et du ministère de la Défense, que les FAI et les opérateurs ressuscitent Ammar 404 ? C’est pratiquement impossible.

Le matériel de censure hérité de la période de Ben Ali (voir ses photos ici), est devenu obsolète. En fin 2010 (c’est à dire avant la chute du régime), la Tunisie avait 45.5 Gb/s de bande passante. Nous sommes aujourd’hui à plus de 90 Gb/s. Et avec la nouvelle liaison sous-marine d’Orange et ooredoo, il sera encore plus difficile de contrôler les accès comme avant où tout le trafic passait par un seul nœud de sortie.

Sans parler des licences qui devrait être achetée pour refaire fonctionner le logiciel de filtrage utilisé par Ammar 404. Or, ni les FAI, ni les opérateurs télécom ne sont solides financièrement pour acheter ces licences (et le matos avec) à des millions de dinars. Alors que dire pour la trésorerie publique. 

Mais quid du ministère dans tout ça ? D’après nos sources, le ministère de Tawfik Jelassi a dû expliquer à la cellule de crise que le verrouillage à la façon de Ammar 404 est pratiquement impossible à faire au jour d’aujourd’hui. Le résultat sera même plus chaotique si l’Etat tunisien se mettait à censurer des sites par leur URL. Car ceci poussera les terroristes à passer par des proxys et des VPN sécurisés, difficiles à tracer. Or, en laissant l’accès ouvert, les services de sécurité pourraient mieux monitorer l’activité de ces portails et veiller sur leur publication, ainsi que le type des visites (les commentaires, les adhérents à la page, etc.). Ce qui s’avère une source inépuisable d’informations pour les services de sécurité.

Ceci dit, le ministère pourrait mettre en place des procédures claires pour collaborer avec les hébergeurs et arrêter ces sites directement à la source en demandant leur suppression. Chose qui pourra également se faire avec Facebook pour retracer les publications douteuses et les propriétaires des pages qui font l’apologie du terrorisme. 

Welid Naffati

A lire également : 

Création de l’Agence Technique des Télécommunications: La police du Net vient de voir le jour

Lotfi Ben Jeddou et Mosaique FM appellent-ils au retour de la censure arbitraire en Tunisie ?

Tunisie : Pour le bien de l’économie numérique, l’Etat doit se doter d’une cyber-police

Le ministère des TIC a-t-il vraiment travaillé pour le développement de l’Internet en Tunisie ?

Tunisie : 4.3 MDT en télésurveillance pour combattre la contrebande et contrôler les frontières

A quoi ressemble le matériel de censure qu’utilisait Ben Ali pour son Ammar 404 ?

Facebook Comments

Plus Populaires

Tunisie Haut Debit, est un site spécialisé dans l'actualité TIC nationale depuis 2007. Thd.tn propose également des services gratuits tels que la mesure du débit et de la qualité de connexion, un comparatif des offres Internet et la mesure de la qualité du signal 2G/3G en Tunisie.

Tunisie Haut Debit
Directeur fondateur : Welid Naffati
Directrice de rédaction : Nadya Jennene
Responsable Production multimédia : Marwen Dhemaied

Newsletter

Copyright © 2017 THD - Tunisie Haut Debit. Themetf

To Top