L'actuTHD

Tunisie : Quelles sont les leçons à tirer des erreurs du Maroc ?

Une étude vient d’être publiée par le Conseil de la Concurrence marocain pour juger du niveau de concurrence dans le secteur de la téléphonie mobile au Maroc dix ans après l’ouverture du marché.

Cette étude a porté sur le rôle de l’autorité de régulation marocaine – plus communément appelée “Agence Nationale de réglementation des télécommunications (ANRT)” – dans la mise en place d’une concurrence loyale dans le secteur des télécommunications. Les résultats qui ressortent de ce rapport sont alarmants et remettent en cause la neutralité de l’agence.

En regardant de plus près le marché marocain, ce dernier est en avance de phase sur le marché tunisien étant donné que l’ouverture s’est faite deux ans avant la Tunisie et que de ce fait, ce pays peut servir de baromètre pour éviter de reproduire les mêmes erreurs.

L’ouverture à la concurrence s’est faite au Maroc en 2000 avec l’arrivée de Méditel censé concurrencer l’opérateur historique marocain Maroc Telecom. Tout comme la Tunisie, l’ouverture à la concurrence du marché mobile a eu un impact sur la consommation des communications téléphoniques qui a fortement progressé. Cette progression a engendré un changement dans la structure du marché sans que cela n’ait d’impact réel sur les tarifs de détails.

Le client final s’est donc retrouvé face à deux opérateurs en situation de duopole offrant pratiquement les mêmes services avec des niveaux de tarifs similaires.

D’entrée de jeu, il apparait que les leviers de régulation de la concurrence déployés par l’ANRT n’ont pas permis d’atteindre l’objectif de la promotion de la concurrence. Par ailleurs, il semble que l’opérateur historique a utilisé sa position dominante pour retarder l’accès à ses infrastructures et a souvent imposé des conditions financières défavorables voire prohibitives à ses concurrents. L’étude fait mention de l’inaction de l’ANRT qui n’aurait pas veillé au respect des règles en matière de régulation notamment pour le partage d’infrastructures, le dégroupage de la boucle locale, les tarifs d’interconnexion orientés vers les coûts, la portabilité…

A la lumière de ce rapport, tout porte à croire que le marché marocain n’est pas une exception.

En Tunisie, plusieurs indices laissent penser que nous suivons peut être ce modèle. En effet, la portabilité des numéros n’est toujours pas en place sachant qu’elle l’a été dans plusieurs pays de l’Afrique subsaharienne. D’autre part, le dégroupage n’est toujours pas en place. L’orientation des tarifs de l’interconnexion vers les coûts n’est à priori toujours pas en place vu l’écart important entre les tarifs on net (abonné d’un réseau appelant un abonné du même réseau) et les tarifs off net (abonné d’un réseau appelant un abonné d’un autre réseau). Cet écart tend à cloisonner les réseaux mobiles et en conséquence à réduire l’intensité concurrentielle sur le marché.

Ce type d’ouverture «artificielle» du marché ne profite ni aux investisseurs, ni aux consommateurs et encore moins au pays.

La création des conditions d’une concurrence saine et loyale est l’une des missions du régulateur. Il est donc à fortiori évident que la réussite ou l’échec de la mise en œuvre effective de la Concurrence incombe à ce dernier. Alors tirons des leçons des expériences des autres et évitons de reproduire en Tunisie le modèle marocain. Soyons fidèle à cette image de challenger du monde et soyons maître de notre histoire.

M.H

Laissez votre commetaire sur le forum

Facebook Comments

Plus Populaires

Tunisie Haut Debit, est un site spécialisé dans l'actualité TIC nationale depuis 2007. Thd.tn propose également des services gratuits tels que la mesure du débit et de la qualité de connexion, un comparatif des offres Internet et la mesure de la qualité du signal 2G/3G en Tunisie.

Tunisie Haut Debit
Directeur fondateur : Welid Naffati
Directrice de rédaction : Nadya Jennene
Responsable Production multimédia : Marwen Dhemaied

Newsletter

Copyright © 2017 THD - Tunisie Haut Debit. Themetf

To Top